5e Salon des livres en Beaujolais : 60 auteurs attendus – Le Patriote


5e salon Des livres en Beaujolais : 60 auteurs attendus

Organisé par Des livres et des Histoires, le 5e salon Des livres en Beaujolais se tiendra samedi 15 décembre à Arnas. Un programme prometteur qui réunira de nombreux auteurs, éditeurs et libraires. Au fil des années, ce salon des livres attire de plus en plus de monde. Avec une soixantaine d’auteurs présents pour cette nouvelle édition, chaque visiteur y trouvera son compte pour aiguiser sa pensée, se plonger dans l’histoire locale et régionale, se laisser transporter par différents types de romans ou encore se divertir. Ateliers d’écriture, exposition et débats apporteront également une touche attractive à ce rendez-vous annuel porté entre autres par Jacques Branciard, commissaire du salon.

5e Salon des livres en Beaujolais : 60 auteurs attendus – Le Patriote

Le Patriote : Pourquoi ce thème « Sens interdits » ?
Jacques Branciard : Nos liens historiques avec la viticulture, l’invitation acceptée des auteurs du livre « Femmes d’Ici, cuisines d’ailleurs », et surtout notre marraine Françoise Rey, font qu’on a su très tôt qu’il serait question de sensualité et que tous les sens seraient en jeu… Il ne restait qu’une pirouette a faire à notre chancelier Pierre Baizet et le tour était joué. Cinquante ans après mai 68, c’est – bien entendu – un sens interdit qui invite à une transgression aussi pacifique que savoureuse.

Le Patriote : Comment avez-vous sélectionné les auteurs ?
Jacques Branciard : La vocation de notre association c’est avant tout de promouvoir les auteurs de la région. Ils seront les plus nombreux, qu’il s’agisse de jeunes romanciers qui publient leur premier livre, de spécialistes du patrimoine et de l’histoire locale – on pense très fort à Daniel Rosetta – ou d’écrivains chevronnés et reconnus bien au-delà de notre région ; Jean-Yves Loude en est une superbe illustration. Nous sommes une toute petite équipe de passionnés, nous restons en alerte, et nous lançons nos invitations aux talents qui nous ont séduits, aux auteurs qui nous ont émus… Il se trouve que ça marche plutôt bien. On doit aussi tirer un grand coup de chapeau a nos deux libraires : Bertrand Lamure de la librairie des Marais à Villefranche et Fabien de la FNAC de Belleville. Ils font des merveilles.

Le Patriote : Romans, polars, livres “terroir” et jeunesse, une pléiade de genres seront représentés… vous tenez à cette diversité ?
Jacques Branciard : Il s’agit de promouvoir les auteurs : historiens, romanciers, illustrateurs, poètes… Il ne peut donc pas en être autrement, même si cela implique également un léger tropisme régionaliste.

Le Patriote : Quel est le dénominateur commun des auteurs du salon?
Jacques Branciard : Ils ont publié un livre, pour l’immense majorité, durant l’année écoulée et leur travail nous a plu.

Le Patriote : Pourquoi mêler vin et littérature?
Jacques Branciard : D’abord parce que nous avons autant de goût pour l’un que pour l’autre. Ensuite parce que notre président d’honneur n’est autre que Bernard Pivot et qu’il préside également le Comité de défense du Beaujolais, animé notamment par Philippe Lacondemine et Périco Légasse. Nous avons célébré nos noces avec ce comité durant les grandes fêtes du Beaujolais en 2016 et en 2017, et nous nous trouvons si bien en ménage qu’on ne demande qu’a continuer.

Le Patriote : Le salon des livres aura la primeur d’une œuvre en papier, grand format, dans le cadre de l’exposition “Jardins des délices” de Clémentine Sourdais. Que va-t-elle proposer exactement?
Jacques Branciard : Clémentine Sourdais est notre invitée carte blanche. Cela signifie qu’on lui a confié plusieurs missions : réaliser l’affiche du salon, intervenir une journée auprès des enfants des écoles d’Arnas, compter parmi les invités d’honneur du salon et réaliser une exposition. Celle-ci prendra place dans la très belle salle des mariages de la mairie. Clémentine Sourdais, illustratrice et auteure Jeunesse, publiée par les meilleures maisons d’édition (seuil jeunesse, Hélium, Actes Sud junior, Nathan, Didier jeunesse, Hachette jeunesse, Milan presse, Bayard presse…) est une spécialiste des papiers découpés. À la faveur d’un espace en trois dimensions, elle va pouvoir nous inviter à « flâner au cœur d’un véritable jardin de papier, à plonger au cœur de la beauté d’une rencontre amoureuse ».

Le Patriote : Il s’agit de la cinquième édition, comment le salon a-t-il évolué au fil des années ?
Jacques Branciard : II faut d’abord rappeler qu’il est né de la volonté de Janine Meaudre, adjointe à la culture à Amas, et de Michel Romanet-Chancrin, maire d’Arnas. Sans eux rien n’aurait été et rien ne serait possible. Ils ont été rejoints par le Conseil départemental el le Conseil régional qui nous soutiennent eux aussi maintenant ainsi que plusieurs partenaires privés, mais c’est la municipalité qui assure l’essentiel.
Notre salon a commencé très modestement en 2014, il a connu quelques déboires en 2015, mais malgré cela il a pris son essor. En 2016 et 2017, nous avons été cooptés par les grandes fêtes du Beaujolais et ça a donné une nouvelle dimension au salon Des livres en Beaujolais.
Désormais, nous entendons voler de nos propres ailes sans rien renier de ce que cette courte, mais riche histoire nous a apporté. Le milieu du mois de décembre est idéal pour présenter des livres avec à la clé des échanges entre auteurs et lecteurs.
Nous sommes décidés à nous en tenir à cette formule d’un salon dans la première quinzaine de décembre annoncé par plusieurs événements en amont. Cette année il s’agit de deux expositions, l’une à la mairie d’Arnas, l’autre au théâtre de Villefranche, en partenariat avec la médiathèque ainsi qu’un débat sur la viticulture et l’œnologie autour de Périco Légasse.

Le Patriote Beaujolais

Le patriote – 29 novembre 2018 – Propos recueillis par Laurence Chopart